Titre

Expérience scolaire des enfants rwandais. Les enfants de femmes seules une catégorie à part?

Auteur Ernestine Narame
Directeur /trice Prof. Fassa Recrosio Farinaz
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse Depuis 1998, le gouvernement du Rwanda a mis en œuvre des programmes de protection et d’assistance destinés aux enfants « vulnérables » du pays, l’enjeu plus large étant de favoriser l’intégration progressive de ces enfants dans les programmes d’éducation scolaire. Plusieurs mesures ont accompagné cette ambition: gratuité de l’enseignement public (primaire et premier cycle du secondaire) depuis 2003; aides destinées aux enfants «vulnérables» (logement, santé, nutrition, éducation),.. Au-delà de ces mesures socio-politiques, le parcours des enfants rwandais reflète deux trajectoires opposées. D’une part, certains abandonnent l’école, remettent en question le sens des activités scolaires et ont très peu d’attentes face à l’école. D’autre part, un autre groupe, entretient une relation «positive» avec tout ce qui relève de l’école, développe des projets scolaires et espère en tirer de larges bénéfices. Dans ce contexte, la scolarisation des orphelins et surtout des enfants dans des familles à la tête des quelles sont « des femmes cheffes de famille » (women heads of families) (MINECOFIN & NISR, 2014) mérite une attention spécifique car elles forment une « catégorie particulière » selon les ONG et les statistiques du Gouvernement. En 2014, 9 % des enfants enregistrés à l’école primaire (EP) étaient orphelins (55% sont orphelins de père) et 22.4 % au secondaire (55.6 % sont orphelins de père) (MINEDUC, 2015a). Face à cette situation, notre thèse voudrait analyser les éléments de l’expérience scolaire des enfants rwandais. Elle vise notamment à savoir si le rapport à l’école et au (x) savoir(s) des enfants élevés par les « femmes seules » est différent de celui des autres enfants.
Statut en cours
Délai administratif de soutenance de thèse 2018
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing